06.09.2017, 00:01  

Roger Federer en quart sans sourciller

Abonnés
chargement
De plus en plus fringant au fil des tours, Federer jouera aujourd’hui son 51equart de finale de Grand Chelem.

 06.09.2017, 00:01   Roger Federer en quart sans sourciller

US OPEN - Le Bâlois n’a eu besoin que d’1h49 pour écarter l’Allemand Philipp Kohlschreiber en huitièmes de finale.

ats

sports@lacote.ch

Roger Federer (no 3) disputera aujourd’hui son 51e quart de finale de Grand Chelem, le 12e à l’US Open. Il a dominé Philipp Kohlschreiber (no 33) 6-4 6-2 7-5 en 1h49’ lundi soir dans le stade Arthur Ashe.

Le quintuple vainqueur du tournoi (2004-2008) a ainsi décroché son 12e succès en autant de duels avec l’Allemand de...

ats

sports@lacote.ch

Roger Federer (no 3) disputera aujourd’hui son 51e quart de finale de Grand Chelem, le 12e à l’US Open. Il a dominé Philipp Kohlschreiber (no 33) 6-4 6-2 7-5 en 1h49’ lundi soir dans le stade Arthur Ashe.

Le quintuple vainqueur du tournoi (2004-2008) a ainsi décroché son 12e succès en autant de duels avec l’Allemand de 33 ans. Le (bref) temps-mort médical qu’il s’est accordé à l’issue du deuxième set – pour se faire masser les fessiers, a-t-il précisé sur le court – a fait frémir ses supporters. Mais le Bâlois de 36 ans n’a pas semblé gêné dans ses déplacements lors de la troisième manche.

Aucune balle de break à effacer

Remarquable d’autorité dans son match précédent face à Feliciano Lopez (no 31), Roger Federer est encore monté d’un cran lundi. Il n’a égaré que 13 points sur son service et n’a pas dû faire face à la moindre balle de break dans cette rencontre, qu’il a conclue avec 39 coups gagnants et 20 fautes directes à son compteur. Et il a semblé mettre un peu plus de poids dans la balle sur ses attaques de coup droit que face au gaucher espagnol.

Accroché en début de partie, Roger Federer s’est arraché pour signer le seul break du premier set dans un septième jeu où il fut pourtant mené 40/0. Il concluait ce jeu sur un coup de fusil en coup droit, après un retour très profond. Largement dominé dans un deuxième set où il a concédé son service à deux reprises, Philipp Kohlschreiber a offert une plus nette résistance dans la troisième manche. Il n’a concédé le break décisif que dans le onzième jeu.

Des retrouvailles avec un «miraculé»

Roger Federer se mesurera mercredi en quart de finale au «miraculé» Juan Martin Del Potro (no 24). Diminué par un virus, ce dernier est revenu de nulle part pour arracher l’un des plus beaux succès de sa carrière. L’Argentin s’est imposé 1-6 2-6 6-1 7-6 (7/1) 6-4 en 3h35’ face à l’Autrichien Dominic Thiem (no 6). Il a sauvé deux balles de match à 5-6 dans le 4e set, claquant un ace à chaque fois.

Pendant deux sets et plus d’une heure de jeu, Del Potro ne fut pourtant qu’une ombre sur le Grandstand. Le vice-champion olympique 2006 a ainsi armé son premier coup gagnant sur le 83e point de cette partie, après une heure de jeu! Il avait alors déjà commis 26 fautes directes. Mais il a eu le mérite de ne rien lâcher, et a fini par retrouver cet extraordinaire coup droit qui lui a si souvent permis de renverser des montagnes.

Roger Federer affiche un bilan de 16-5 face à Juan Martin Del Potro, qu’il a dominé en deux sets (6-3 6-4) ce printemps à Miami pour leur plus récent duel. Mais il a subi quelques défaites marquantes face à la «Tour de Tandil»: il s’était ainsi incliné en cinq sets en finale de l’US Open 2009, au terme d’une rencontre qu’il aurait dû gagner en trois manches. Et le Maître a également perdu deux finales consécutives face à l’Argentin dans «son» tournoi de Bâle (2012, 2013).

Nadal monte en puissance

tableau masculin Les craintes de Rafael Nadal (no 1) n’étaient pas fondées. L’Espagnol a dominé Alexandr Dolgopolov (ATP 64) en trois sets secs en 8es de finale de l’US Open. Il monte en puissance au moment idéal.

Vainqueur 6-2 6-4 6-1 en 1h41’ du fantasque Ukrainien pour cueillir son 50e succès à Flushing Meadows, le gaucher majorquin a de quoi se montrer satisfait: il a enfin réussi son début de partie, lui qui avait concédé le set initial dans ses deux précédentes sorties. Un break signé dès le troisième jeu lui a permis de faire douter d’entrée un adversaire dont le mental demeure des plus friables. Et il n’a jamais relâché la pression. «Je me sentais plus à l’aise sur le court que lors de mes précédents matches, et ce dès le début. Ce break réussi rapidement m’a aidé à me relâcher», a-t-il confirmé.

Plus agressif, plus efficace sur son service (12 points perdus seulement sur son engagement lundi) et plus percutant en coup droit que dans ses trois premiers tours, Rafael Nadal n’a pas concédé le moindre break lundi sous le soleil new-yorkais. Il a su attendre son heure dans le deuxième set face à un Alexandr Dolgopolov plus solide et plus accrocheur. Le décuple champion de Roland-Garros faisait alors la différence à 4-4, empochant six jeux d’affilée pour prendre définitivement le large.

Rafael Nadal (31 ans) jouera ainsi son premier quart de finale à New York depuis 2013, l’année de son deuxième et dernier sacre, le septième au total. Il se frottera aujourd’hui à Andrey Rublev (ATP 53), tombeur en trois sets (7-5 7-6 6-3) d’un David Goffin (no 9) diminué par une blessure au genou gauche. Le taureau de Manacor n’a encore jamais affronté le Russe de 19 ans, dont il était l’idole de jeunesse. «Je vais essayer de profiter de ce grand moment. Je n’aurai rien à perdre», a lâché Andrey Rublev, plus jeune quart de finaliste de l’US Open depuis Andy Roddick en 2001.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top