11.09.2017, 00:01  

Le premier grand titre de Sloane Stephens

Abonnés
chargement
Sloane Stephens est revenue de nulle part.

 11.09.2017, 00:01   Le premier grand titre de Sloane Stephens

Par ats

Sloane Stephens (WTA 83) a décroché son premier titre du Grand Chelem samedi à l’US Open. L’Américaine de 24 ans a survolé les débats en finale face à sa compatriote Madison Keys (n°15), écrasée 6-3 6-0 en 60’.

«C’est incroyable. J’ai été opérée le 23 janvier, et si quelqu’un m’avait alors dit que je remporterais l’US Open, je lui aurais...

Sloane Stephens (WTA 83) a décroché son premier titre du Grand Chelem samedi à l’US Open. L’Américaine de 24 ans a survolé les débats en finale face à sa compatriote Madison Keys (n°15), écrasée 6-3 6-0 en 60’.

«C’est incroyable. J’ai été opérée le 23 janvier, et si quelqu’un m’avait alors dit que je remporterais l’US Open, je lui aurais dit que c’était impossible», a lâché Sloane Stephens, qui a ainsi conquis son cinquième titre sur le circuit en cinq finales disputées.

«Je devrais peut-être arrêter»

«Mon parcours a été incroyable. Je ne le changerais pour rien au monde», a poursuivi Sloane Stephens, qui n’avait pourtant effectué son retour à la compétition qu’au début du mois de juillet à Wimbledon après avoir été éloignée des courts pendant onze mois en raison d’une fracture de fatigue au pied gauche. «Je ne peux pas rêver mieux. Je devrais peut-être arrêter ma carrière maintenant», s’est-elle ensuite amusée.

Impressionnante dans une demi-finale où elle n’avait lâché que trois jeux face à Coco Vandeweghe (n°20), Madison Keys (22 ans) est en revanche passée à côté de cette finale. Vraisemblablement gênée par une douleur à la cuisse droite survenue à la fin de sa demi-finale, la protégée de l’ex n°1 mondial Lindsay Davenport a accumulé les fautes directes (30) et n’est que très rarement parvenue à prendre en défaut la défense de son adversaire.

Madison Keys n’a d’ailleurs pas pu masquer son émotion au moment d’embrasser longuement Sloane Stephens au filet à l’issue de cette partie, puis au cours de la cérémonie de remise des trophées. «Si on m’avait dit il y a deux mois que je pourrais soulever ce trophée de finaliste, j’aurais été très heureuse et fière de moi», a néanmoins lâché la finaliste malheureuse, qui a subi deux opérations au poignet gauche au cours des onze derniers mois.

Présente comme son adversaire et amie pour la première fois dans une finale de Grand Chelem, Sloane Stephens a quant à elle livré le match parfait. Elle n’a certes lâché que 10 coups gagnants, mais n’a surtout commis que 6 fautes directes.

La Floridienne, qui n’a perdu que 4 points sur son engagement dans le premier set, a connu une seule alerte avec ces trois balles de break consécutives à effacer dans le cinquième jeu de la deuxième manche. Elle menait alors déjà 6-3 4-0... Madison Keys s’est battue jusqu’au bout, écartant les deux premières balles de match auxquelles elle a dû faire face, mais a cédé sur la troisième en commettant une ultime faute directe.

Du 934e au 17e rang, en un mois

Sloane Stephens devait sa présence dans le tableau final de cet US Open à un classement protégé en raison de sa longue absence sur blessure. Elle ne pointait qu’au 934e rang mondial le 7 août. Successivement demi-finaliste à Toronto et à Cincinnati, elle avait déjà gagné 851 places dans la hiérarchie avant de débarquer à Flushing Meadows. Elle figurera lundi en 17e position, et sera plus riche de 3,7 millions de dollars. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top